Camus découvre Caligula en 1934. En 33, l'Occident lui, découvre Adolf Hitler.  Caligula sera écrit entre 39 et 44. Durant la plus grande partie de cette période, l'Allemagne nazie gagne la guerre. Si l'oeuvre se termine sur ces ultimes paroles de l'Empereur expirant "Je suis encore vivant", ils pourraient tout aussi bien être ceux du Chancelier. En effet, que pèse aujourd'hui auprès de la culture populaire mondiale l'image de Churchill et Roosevelt face à celle d'Hitler?
"L'on ne peut aimer celui de ses visages que l'on essaie de masquer en soi", et haïr est une passion. 

La première représentation de Caligula sera donnée en 1945 dans une mise en scène de l'auteur. S'y découvre un jeune interprète, Gérard Philippe.  Aujourd'hui, le metteur en scène Marc Beaupré adapte l'oeuvre et y rencontre Emmanuel Schwartz. Beaupré: "J'ai pensé à Caligula parce que depuis 15 ans, depuis la première lecture aux sortirs de l'adolescence, le personnage ne m'a pas quitté, parce que je n'ai tout simplement pas cessé d'y penser - Camus a su saisir mes démesures intimes et me les tenir sous le nez. J'ai pensé à Emmanuel Schwartz parce qu'il est un des seuls artistes que je connaisse qui regarde en face sa propre soif d'absolu, sa démesure."
Le choeur réuni autour de l'âme de Caligula comprend 8 interprètes figurant d'abord les voix de l'empire, puis, peu à peu, celles, discordantes, des protagonistes.

 
  © 2012 Terre des Hommes tous droits réservés