Logo terre des hommes
 
 
mandat
 
spectacles
 
contacts

 

 
 
 
 
 
 

 

ACTE III Scène 5
Dom Juan, Sganarelle.

Dom Juan
Mon cœur est à toutes les belles, et c’est à elles à le prendre tour à tour, et à le garder tant qu’elles le pourront. Mais quel est le superbe édifice que je vois entre ces arbres ?

Sganarelle
Vous ne le savez pas ?

Dom Juan
Non, vraiment.

Sganarelle
Bon ! c’est le tombeau que le Commandeur faisait faire lorsque vous le tuâtes.

Dom Juan
Ah ! tu as raison. Je ne savais pas que c’était de ce côté-ci qu’il était. Tout le monde m’a dit des merveilles de cet ouvrage, aussi bien que de la statue du Commandeur, et j’ai envie de l’aller voir.

Sganarelle
Monsieur, n’allez point là.

Dom Juan
Pourquoi ?

Sganarelle
Cela n’est pas civil, d’aller voir un homme que vous avez tué.

Dom Juan
Au contraire, c’est une visite dont je lui veux faire civilité, et qu’il doit recevoir de bonne grâce, s’il est galant homme. Allons, entrons dedans.

Le tombeau s’ouvre, où l’on voit un superbe mausolée et la statue du Commandeur.

Sganarelle
Ah ! que cela est beau ! Les belles statues ! le beau marbre ! les beaux piliers ! Ah ! que cela est beau ! Qu’en dites-vous, Monsieur ?

Dom Juan
Qu’on ne peut voir aller plus loin l’ambition d’un homme mort ; et ce que je trouve admirable, c’est qu’un homme qui s’est passé, durant sa vie, d’une assez simple demeure, en veuille avoir une si magnifique pour quand il n’en a plus que faire.

Sganarelle
Voici la statue du Commandeur.

Dom Juan
Parbleu ! le voilà bon, avec son habit d’empereur romain !

Sganarelle
Ma foi, Monsieur, voilà qui est bien fait. Il semble qu’il est en vie, et qu’il s’en va parler. Il jette des regards sur nous qui me feraient peur, si j’étais tout seul, et je pense qu’il ne prend pas plaisir de nous voir.

Dom Juan
Il aurait tort, et ce serait mal recevoir l’honneur que je lui fais. Demande-lui s’il veut venir souper avec moi.

Sganarelle
C’est une chose dont il n’a pas besoin, je crois.

Dom Juan
Demande-lui, te dis-je.

Sganarelle
Vous moquez-vous ? Ce serait être fou que d’aller parler à une statue.

Dom Juan
Fais ce que je te dis.

Sganarelle
Quelle bizarrerie ! Seigneur Commandeur… Je ris de ma sottise, mais c’est mon maître qui me la fait faire. Seigneur Commandeur, mon maître Dom Juan vous demande si vous voulez lui faire l’honneur de venir souper avec lui. (La statue baisse la tête.) Ha !

Dom Juan
Qu’est-ce ? qu’as-tu ? Dis donc, veux-tu parler ?

Sganarelle fait le même signe que lui a fait la statue et baisse la tête
La statue…

Dom Juan
Eh bien ! que veux-tu dire, traître ?

Sganarelle
Je vous dis que la statue…

Dom Juan
Eh bien ! la statue ? Je t’assomme, si tu ne parles.

Sganarelle
La statue m’a fait signe.

Dom Juan
La peste le coquin !

Sganarelle
Elle m’a fait signe, vous dis-je : il n’est rien de plus vrai. Allez-vous-en lui parler vous-même pour voir. Peut-être…

Dom Juan
Viens, maraud, viens, je te veux bien faire toucher au doigt ta poltronnerie. Prends garde. Le seigneur Commandeur voudrait-il venir souper avec moi ?

La statue baisse encore la tête.

Sganarelle
Je ne voudrais pas en tenir dix pistoles. Eh bien ! Monsieur ?

Dom Juan
Allons, sortons d’ici.

Sganarelle
Voilà de mes esprits forts, qui ne veulent rien croire.


ACTE IV Scène 7
Dom Juan, Sganarelle, Suite.

Dom Juan
Qui peut frapper de cette sorte ?

Sganarelle
Qui diable nous vient troubler dans notre repas ?

Dom Juan
Je veux souper en repos au moins, et qu’on ne laisse entrer personne.

Sganarelle
Laissez-moi faire, je m’y en vais moi-même.

Dom Juan
Qu’est-ce donc ? Qu’y a-t-il ?

Sganarelle, baissant la tête comme a fait la statue
Le… qui est là !

Dom Juan
Allons voir, et montrons que rien ne me saurait ébranler.

Sganarelle
Ah ! pauvre Sganarelle, où te cacheras-tu ?


Scène 8
Dom Juan, La statue du Commandeur, qui vient se mettre à table, Sganarelle, Suite.

Dom Juan
Une chaise et un couvert, vite donc. (À Sganarelle.) Allons, mets-toi à table.

Sganarelle
Monsieur, je n’ai plus de faim.

Dom Juan
Mets-toi là, te dis-je. À boire. À la santé du Commandeur : je te la porte, Sganarelle. Qu’on lui donne du vin.

Sganarelle
Monsieur, je n’ai pas soif.

Dom Juan
Bois, et chante ta chanson, pour régaler le Commandeur.

Sganarelle
Je suis enrhumé, Monsieur.

Dom Juan
Il n’importe. Allons. Vous autres, venez, accompagnez sa voix.

La statue
Dom Juan, c’est assez. Je vous invite à venir demain souper avec moi. En aurez-vous le courage ?

Dom Juan
Oui, j’irai, accompagné du seul Sganarelle.

Sganarelle
Je vous rends grâce, il est demain jeûne pour moi.

Dom Juan, à Sganarelle
Prends ce flambeau.

La statue
On n’a pas besoin de lumière, quand on est conduit par le Ciel.


ACTE V Scène 4
Dom Juan, Sganarelle.

Sganarelle
Monsieur, quel diable de style prenez-vous là ? Ceci est bien pis que le reste, et je vous aimerais bien mieux encore comme vous étiez auparavant. J’espérais toujours de votre salut ; mais c’est maintenant que j’en désespère ; et je crois que le Ciel, qui vous a souffert jusques ici, ne pourra souffrir du tout cette dernière horreur.

Dom Juan
Va, va, le Ciel n’est pas si exact que tu penses ; et si toutes les fois que les hommes…

Sganarelle
Ah ! Monsieur, c’est le Ciel qui vous parle, et c’est un avis qu’il vous donne.

Dom Juan
Si le Ciel me donne un avis, il faut qu’il parle un peu plus clairement, s’il veut que je l’entende.


Scène 5
Dom Juan, un spectre en femme voilée, Sganarelle.

Le Spectre, en femme voilée
Dom Juan n’a plus qu’un moment à pouvoir profiter de la miséricorde du Ciel ; et s’il ne se repent ici, sa perte est résolue.

Sganarelle
Entendez-vous, Monsieur ?

Dom Juan
Qui ose tenir ces paroles ? Je crois connaître cette voix.

Sganarelle
Ah ! Monsieur, c’est un spectre : je le reconnais au marcher.

Dom Juan
Spectre, fantôme, ou diable, je veux voir ce que c’est.

Le Spectre change de figure, et représente le temps avec sa faux à la main.

Sganarelle
Ô Ciel ! voyez-vous, Monsieur, ce changement de figure ?

Dom Juan
Non, non, rien n’est capable de m’imprimer de la terreur, et je veux éprouver avec mon épée si c’est un corps ou un esprit.

Le Spectre s’envole dans le temps que Dom Juan le veut frapper.

Sganarelle
Ah ! Monsieur, rendez-vous à tant de preuves, et jetez-vous vite dans le repentir.

Dom Juan
Non, non, il ne sera pas dit, quoi qu’il arrive, que je sois capable de me repentir. Allons, suis-moi.


Scène 6
La statue, Dom Juan, Sganarelle.

La Statue
Arrêtez, Dom Juan : vous m’avez hier donné parole de venir manger avec moi.

Dom Juan
Oui. Où faut-il aller ?

La Statue
Donnez-moi la main.

Dom Juan
La voilà.

La Statue
Dom Juan, l’endurcissement au péché traîne une mort funeste, et les grâces du Ciel que l’on renvoie ouvrent un chemin à sa foudre.

Dom Juan
Ô Ciel ! que sens-je ? Un feu invisible me brûle, je n’en puis plus, et tout mon corps devient un brasier ardent. Ah !

Le tonnerre tombe avec un grand bruit et de grands éclairs sur Dom Juan ; la terre s’ouvre et l’abîme ; et il sort de grands feux de l’endroit où il est tombé.

 


 
© 2012 Terre des Hommes tous droits réservés